Après un été idyllique à Paris, lorsque la ville se vide au fur et à mesure, pour atteindre son paroxysme aux alentours du 15 août et deux semaines de vacances en Grèce en septembre, le retour à la réalité est assez rude cette année. Dur dur de reprendre mon rythme parisien !

J’ai laissé la capitale tranquille avec un air estivale de détente en partant et je reviens et la ville est redevenue une fourmilière tourbillonnante. Métros de nouveau bondés, circulations bouchées, magasins plein à craquer, la reprise du boulot avec une tonne de projets à finaliser, la course permanente contre la montre… bref un atterrissage brutal !

Je quitte Paris… ou pas ?

Il y a quelques jours, une amie parisienne (d’adoption) très proche a reçu une super proposition de poste à Nice avec en sus un changement de vie totale. Dès lors, je me demande : Ne serait-ce pas temps pour moi de quitter Paris aussi ?

Cette idée qui paraissait aberrante il y a quelques années, ne me semble pas si saugrenue aujourd’hui. Faisons la liste des arguments pour et contre (oui j’adore faire des listes, pour tout et n’importe ça me rassure !)

Je reste à Paris pour :

  • la fertilité du bassin de l’emploi en Île-de-France
  • le niveau des salaires plus élevés
  • la vie culturelle et sociale parisienne
  • ne pas quitter ma famille urbaine composée d’amis de longue date
  • la multiculturalité de Paris
  • partir facilement partout dans le monde : 3 aéroports internationaux et 7 gares
  • Paris… car Paris, c’est Paris et rien ne peut remplacer la ville lumière !

Je quitte Paris pour :

  • la qualité de vie est meilleure en province
  • la vie est moins chère
  • les logements sont plus grands et moins chers (j’aurais enfin une maison avec une cheminé, jardin avec piscine et plein d’animaux !)
  • se rapprocher de ma famille
  • retrouver mes racines, ma terre et mes origines…
  • …ou pour découvrir une nouvelle région
  • pour voir la nature plus souvent
  • faire des activités sans me ruiner
  • connaître (vraiment) mes voisins

Et si la banlieue était le bon compromis ?

De mon point de vue (très) personnel c’est un NON catégorique ! Pour moi vivre en banlieue cumule les points négatifs de Paris et le point négatif de la province.

Par exemple, le problème des transports en commun (RER, Transilien…) est le même, voire pire parfois, que le métro parisien. De plus, le temps de trajet pour aller au travail est le plus souvent plus long pour les banlieusards que pour les parisiens.

Quant au logement, la différence de prix entre Paris et la banlieue proche n’est pas très significative, à moins de vraiment s’éloigner de Paris mais là le problème du temps de transport se pose !

Il va sans dire également que la vie sociale et culturelle de Paris n’est équivalente à aucune autre ville de banlieue…

Donc pour moi c’est Paris ou la province. Soit l’un soit l’autre, mais dans tous les cas pas la banlieue.

Alors, je saute le pas ou quoi ?

Pour l’instant je ne peux pas prendre de décision. Peur de me tromper, peur d’être déçue, peur de regretter… Trop de doutes jusqu’ici car je n’ai pas de projets concrets pour l’instant.

Mais l’indécision peut être temporaire, dans un sens comme dans l’autre. Avant de m’engager, j’ai besoin de temps pour élaborer un plan et d’envisager chaque micro détails de cette décision (#ControlFreak).

Le Parisien Heureux déménage bientôt en province ? Affaire à suivre….

Et vous, vous êtes plus Paris, banlieue ou province ?

Written by Le Parisien Heureux
Amoureux de Paris et du Web, je me suis lancé en 2013 dans la création de ce blog pour partager mes coups de cœur, de gueules, de folies et bien plus encore… Ah oui petits détails, je crois parfois que ma vie est une série dont je suis le héros et que les Pokémon existent vraiment sur une île japonaise secrète...